mardi 6 novembre 2012

La grande presse et ses « vérités »

clip_image001

 

Il y a un filon inexploité qui pourrait nourrir les études à venir sur la dégénérescence qui a atteint les médias dominant la planète. Chaque jour qui passe, les lecteurs de journaux, les auditeurs de radios et les téléspectateurs sont soumis au feu roulant d’une information que les auteurs ne prennent même plus la peine d’emballer. A tel point, qu’il n’y a aucun effort à faire pour cueillir les plus beaux mensonges.

 

L’un des derniers en date se trouve dans une dépêche de l’Agence France Presse (AFP), reprise par le Figaro en ligne du 31 octobre, sous cet intitulé : « L’aéroport de Hama : prison terrifiante ». On peut y lire qu’un certain Mourad Al Hamwi, 25 ans, a été détenu pendant 75 jours à l’aéroport parmi 57 personnes dans un cachot de 4 mètres sur 3, soit une surface de 12 m². Un simple calcul peut permettre de se rendre compte que l’AFP ne contrôle rien des communiqués fournis par l’Office syrien des droits de l’homme (OSDH). Elle se serait rendu compte que l’espace carcéral cité aurait offert 0.021 m² par prisonnier et que les victimes auraient survécu, à cet incroyable entassement, deux mois durant. Mais l’AFP ne vérifie pas et peut surtout mentir elle-même dans le mépris qu’elle a pour l’intelligence de sa cible.

 

Plus tôt dans le mois, concernant Bani Walid, c’était soit « La Libye qui reprend le contrôle de Bani Walid » (La Croix), soit « Des forces pro-gouvernementales s’emparent de Bani Walid » (Nouvel Observateur), soit « L’armée libyenne prend Bani Walid sur fond d’anniversaire » (toujours le Nouvel Observateur), soit « La remise en ordre de Bani Walid, un test pour l’autorité du pouvoir » (Le Monde), soit Les forces pro-gouvernementales « libèrent » Bani Walid » (France 24) et ainsi de suite.

 

Et puis, il y a eu cette sortie du « ministre de la Défense » libyen,

qui a déclaré que « ce qu’on appelle ‘’Dourou Libya’’ ne sont que des bandes de hors-la-loi que son ministère ne reconnaît pas ». On l’aura compris « Dourou Libya », c’est ce que nos médias très déontologiques nommaient soit « la Libye », soit « l’armée libyenne », soit les « forces pro-gouvernementales ». Comme, bien entendu, la déclaration du ministre n’a pas été reprise par ces grands titres. Il a fallu la trouver dans le tout petit site alwihdainfo.com. Là où la grande masse des lecteurs n’ira pas fouiner.

 

Selon le Nouvel Observateur du 9 octobre, concernant l’Iran on pouvait apprendre ceci : « Iran. On peut être pendu pour une manifestation ». Le titre glace d’effroi.

 

En fait, il reprend l’avis d’un avocat devenu célèbre grâce à un autre gros mensonge qui a fait la une durant des semaines. Il s’agissait de l’Iranienne, qui avait été condamnée à mort pour avoir été complice dans l’assassinat de son mari, par son amant. A cette époque, la grande presse parlait de « lapidation pour adultère », un autre déni de vérité et pour le mode d’exécution qui n’a pas cours en Iran et pour le chef d’inculpation qui est tronqué. L’écrasante majorité de l’opinion intoxiquée ne saura jamais que la condamnée (Sakineh) n’a écopée que de dix ans de prison et qu’elle risque d’être libérée en conditionnelle sous peu, après avoir purgé la moitié de sa peine.

 

Les mêmes n’auront pas dit un mot sur cette citoyenne d’Arabie, Amina Bint Abdul Halim Ben Salem Nasser, exécutée pour « sorcellerie », en décembre 2011, par la justice des Al Saoud. (*)

 

Ahmed Halfaoui

lesdebats.com

 

(*) NdR : l’Arabie Saoudite a exécuté 1,750 condamnés entre 1985 et 2008. Les exécutions s’effectuent par décapitation au sabre et se déroulent en public, sur une place appelée « place coupe-coupe » par les expatriés.

 

http://mediabenews.wordpress.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...