samedi 9 février 2013

LES FATWAS TUEUSES

 M. Saadoune

 

clip_image001

 

L'assassinat d'un militant de l'opposition de gauche en Tunisie met le pays en émoi et dans un état de tension extrême.

 

S'il paraît léger de rendre le mouvement Ennahdha responsable direct de ce crime, il n'est pas exagéré de dire qu'il est responsable de «n'avoir rien fait», pour reprendre la formule de l'avocate Radhia Nasraoui.

 

Responsable de ne pas avoir été ferme dans l'application stricte de la loi à l'égard de ceux qui ont recours à la violence. Et les nervis salafistes ont clairement manifesté, bien avant l'attaque de l'ambassade US à Tunis qui semble avoir décillé les yeux d'Ennahda, leur envie d'en découdre. Et il est responsable de ne pas avoir réagi sans équivoque à la démarche perverse de l'instrumentalisation politique de la religion à coups de citations tronquées et de référence approximative.

 

Un responsable politique ne peut ignorer qu'il s'agit d'un discours primaire qui peut être reçu de manière primaire et primitive. C'est un discours qui génère de la violence et comme tel, il doit être combattu. Sans hésitation. Ceux qui dégainent des fatwas pour les meurtres ne s'embarrassent de rien. Alors que l'assassinat de Chokri Belaïd met en ébullition la Tunisie et suscite une inquiétude générale pour l'avenir de la transition démocratique, un imam salafiste égyptien, brandissant un recueil de Hadith, a expliqué froidement que les dirigeants de l'opposition égyptienne méritent, «d'un point de vue légal» d'être tués.

 

Un appel au meurtre en bonne et due forme balancé en direct sur une chaîne de télévision salafiste, mollement contredit par des participants qui soulignaient que la peine de mort est une affaire de juges, qui fait froid dans le dos. Mohamed El Baradei et Hamdeen Sabahi, coupables de réclamer des présidentielles anticipées et donc de «désobéir» au gouvernant, sont particulièrement visés par la fatwa de la mort.

 

Aux yeux de cet obscur «cheikh» qui répond au nom de Mahmoud Chaabane,

ces deux hommes «veulent des présidentielles anticipées et veulent faire tomber le président (Morsi)» et ils ne «cherchent pas l'intérêt général mais le koursi». L'assassinat de Chokri Belaïd a mis en relief le caractère particulièrement sinistre de cet appel au meurtre balancé sur un ton presque badin par un présumé enseignant de «ilm al kalam» (littéralement la science des mots !).

 

Les réactions ont été immédiates. Même Mohamed Morsi qui était censé être le bénéficiaire de cette fatwa meurtrière a réagi avec vigueur. La présidence égyptienne a affirmé son «rejet total des discours de haine qui prétendent faussement s'appuyer sur la religion et avec lesquels la religion n'a rien à voir. Elle appelle toutes les forces de la nation, les institutions religieuses et les personnalités du monde intellectuel à présenter un front uni face à ces propos inacceptables et ces incitations à la haine».

 

Les Frères musulmans sont dans la même veine. Mais cela suffit-il ? Les islamistes qui se veulent «modernes» ou «modérés» et donc qui sont présumés admettre les différences d'idées et de programmes ont souvent tendance à minimiser l'impact des fatwas meurtrières qui sont énoncées dans les mosquées ou, de plus en plus, sur les plateaux de TV ou sur internet.

 

Avoir un rôle politique, aspirer à gouverner et à diriger implique que l'on ne se défausse pas de ses responsabilités. Ces religieux frustres formés à l'école wahhabite qui font une lecture absurde des textes religieux s'adressent à un public dont une partie, pour des raisons diverses, est particulièrement réceptive. Et pourrait le traduire en acte. Faire preuve de complaisance à l'égard de ceux qui sont systématiquement en état de haine contre les «autres», ceux qui pensent différemment, les femmes qui ne s'habillent pas comme ils le veulent, est disqualifiant.

 

D'autant que ces courants sont devenus depuis deux décennies le cheval de Troie des implications extérieures directes dans les affaires des pays.

 

C'est à leur comportement à l'égard des fatwas tueuses et de leurs auteurs que ceux qui prétendent être des démocrates-islamiques, comme ailleurs d'autres, sont des démocrates-chrétiens, seront jugés.

 

http://www.lequotidien-oran.com

clip_image002

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...