mardi 5 février 2013

Cheikh Imran Hosein : «Ce qui se passe en Syrie a été prédit par le prophète Mohamed» (IV)

clip_image001

Cheikh Imran Hosein. D. R.

 

Nous espérons que vous nous ferez l’honneur de visiter l’Algérie…

 

Je serais très heureux de visiter l’Algérie et le Maroc, et je prie Dieu pour que cela puisse être possible un jour Incha’Allah. Mon problème est que je n’utilise que l’anglais dans mes conférences et les cours que je dispense. Je peux parler un peu en français et comprendre, mais il m’est difficile d’animer une conférence en français. Je ne peux pas exprimer mes idées au niveau d’exactitude auquel j’aspire si je m’exprimais en arabe ou en français. Et je ne n’aimerais pas commettre des erreurs dans mes interventions. Si je devais me rendre en Algérie, au Maroc, en Tunisie ou en Mauritanie, je devrai parler en anglais et on devra alors recourir à la traduction vers l’arabe ou le français.

 

D’un point de vue eschatologique, le conflit syrien pourrait-il mener à une guerre généralisée entre l’Est et l’Ouest ? Comment cela se répercutera-t-il sur le Maghreb ?

 

Oui, sans aucun doute. Je partage cet avis. En fait, ce matin, j’ai rencontré, ici à Brunei, un cheikh originaire de Syrie qui était accompagné par un autre érudit syrien. Les deux hommes ont suivi plusieurs de mes conférences et se sont familiarisés avec mes idées qu’ils respectent. Je leur ai expliqué que si la situation en Syrie continuait à ce rythme, il se peut que Bachar Al-Assad tombe. Si son régime est défait, la Syrie connaîtra le même sort que la Libye.

 

C’est-à-dire que l’Otan aura posé un pied en Syrie. Ceci aura deux implications : premièrement, la Russie perdrait son influence dans ce pays. La base navale russe en Syrie sera récupérée par l’Alliance atlantique et Israël en sera heureux ; deuxièmement, c’en sera fini du soutien syrien à l’Iran. L’Iran sera alors isolé et tout ce qu’Israël aura à faire, ce sera d’attendre. Le temps joue en faveur d’Israël.

 

Mais si les sionistes estiment qu’ils ont attendu suffisamment longtemps, alors il se pourrait que la Turquie envahisse la Syrie sous un prétexte quelconque. Pour que la Turquie envahisse la Syrie, il faudrait qu’il y ait un accord ou une entente entre Washington et Moscou. Obama pourrait dire à Poutine : «Si vous ne vous mêlez pas, nous ne nous mêlerons pas. Mais si vous prenez part à la guerre, nous ferons de même. Alors, ce sera la guerre nucléaire.» Donc, si vous voyez la Turquie attaquer la Syrie et que Moscou n’intervient pas, cela voudrait dire qu’il y a eu une entente entre les deux capitales. Dans le cas contraire, nous assisterons au début de ce qui deviendrait ce que le prophète Mohamed (QSSL) a appelé malhama.

 

La malhama signifiera la guerre entre les deux superpuissances nucléaires. «Gog et Magog» est un sujet extrêmement important pour comprendre la malhama. Mais ce dernier n’est pas enseigné. Nous n’avons pas d’enseignants pour ce faire. Oui. C’est très important pour nous de comprendre l’eschatologie. Notre prophète Mohamed (QSSL) a dit : «Vous scellerez une alliance avec les Rûms.» Nous connaissons ce mot puisqu’il existe un verset qui s’appelle ainsi dans le Saint Coran (Sûrat a’rûm). Rûm dans le Coran signifie Byzance la chrétienne. Quand le sultan ottoman Mohamed Fateh conquit Constantinople il y a 600 ans, les Rûms migrèrent vers la Russie. Mais avant de s’établir à Constantinople, les Rûms vivaient en Italie ; c’était une cité païenne qui pratiquait l’idolâtrie.

 

Or, quand le Coran utilise le mot «rûm», nous savons qu’il fait référence au christianisme oriental. Cela veut dire que Byzance et les coptes d’Egypte appartiennent aux Rûms. «Et vous scellerez une alliance avec les Rûms.» Mais quand le mot «rûm» est évoqué dans le hadith, il peut être une référence à l’alliance occidentale qui a émergé de Rome la païenne ou des chrétiens de l’Est, c’est-à-dire l’actuelle Russie. Nous devons donc être très prudents dans l’interprétation des hadiths relatifs aux Rûms.

 

Gog et Magog sont responsables dans le renforcement de l’alliance occidentale. Gog et Magog ont attaqué la Russie en 1917 avec la révolution bolchévique et pris la Russie, qui est Rûm, qui est intensément chrétienne, et l’ont transformée en un Etat athée : l’Union soviétique.

 

L’Union soviétique est devenue, depuis, une superpuissance nucléaire, alors qu’elle ne l’avait jamais été auparavant, en ce sens qu’elle n’était qu’une puissance parmi les puissances européennes. Ce n’est qu’une fois que la révolution bolchévique sioniste eut lieu en 1917, et que la Russie devint un Etat athée, que ce pays devint une superpuissance nucléaire, détenant des satellites qui tournent autour de la Terre et la maîtrise du ciel. Les sionistes ont voulu que la Russie devienne une superpuissance pour qu’ils puissent l’exploiter en leur faveur dans la Pax Americana ou le règne de l’Amérique sur le monde.

 

Mais regardez ce qui s’est passé quand le mur de Berlin est tombé et que l’Union soviétique s’est écroulée : la Russie est en train de retourner au christianisme. Qu’elle soit dirigée par Poutine ou par quelqu’un d’autre, cela ne fait aucune différence. C’est ce qui arrive en Russie aujourd’hui : la Russie qui était un Etat oppresseur de Gog et Magog est en train de redevenir Rûm et c’est avec ces Rûms que les musulmans vont sceller une alliance dans âkhir a’zamân.

 

Si la Turquie attaque la Syrie et que la Russie réagit en attaquant (à son tour) la Turquie, le monde vivra le début de guerres qui chemineront inexorablement vers ce que le Prophète (QSSL) a décrit comme malhama. La connaissance musulmane a besoin de s’intéresser à l’eschatologie pour pouvoir comprendre l’environnement stratégique dans lequel nous nous trouvons actuellement et, par conséquent, de montrer aux musulmans comment répondre, réagir.

 

Rappelons-nous ce hadith dans Sunan d’Abou Dâoûd :

 

«Umrân bayt’al maqdiss, kharâbou Yathrib

 

Kharâbou Yathrib, khouroudj’al malhama

 

Khouroudj’al malhama, fat’hou’l qostantîniy’a

 

Fat’hou’l qostantîniy’a, khroudj Ad-Dajjâl

 

Nous y sommes. Après la malhama, le monde va vivre fat’hou’l qostantîniy’a.

 

Mustapha Kamel (Atatürk, ndlr) ne voulait pas que les musulmans se rappellent de cela. Non. Alors, il a changé le nom de la ville pour devenir Istanbul et interdit l’usage du mot Constantinople en Turquie. Toute personne qui prononcerait ce mot est passible de prison.

 

Les jeunes Turcs ont agi de la sorte parce qu’ils voulaient faire subir au peuple turc un lavage de cerveau en leur faisant croire que la prophétie de Mohamed (QSSL) s’était réalisée cinq siècles plus tôt. Mais c’est faux ! Fat’hou’l qostantîniy’a n’a pas encore eu lieu.

 

Cet événement se déroulera après la malhama ; il n’y aura pas de puissance aérienne. C’est peut-être ce que le hadith veut dire par «des oiseaux tomberont du ciel». Si tous les combats seront terrestres et navals, l’importance stratégique de fat’hou’l qostantîniy’a après la malhama est qu’elle ouvre le passage à la marine russe qui survivra à la malhama pour pénétrer en Méditerranée et se frayer un chemin vers Israël. Fat’hou’l qostantîniy’a va briser la colonne vertébrale de l’Otan.

 

 Alors, suivez avec attention les évènements qui se déroulent actuellement en Syrie et en Turquie, parce qu’ils fournissent la clé pour la compréhension des grandes guerres qui vont aboutir à la malhama.

 

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi et M. Aït Amara

(Suivra)

 

Première partie de l'interview

 

Deuxième partie de l'interview

 

Troisième partie de l'interview

 

 

http://www.algeriepatriotique.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...