mardi 18 septembre 2012

Les monuments culturels: nouvelles victimes de la guerre en Syrie

Konstantin Garibov

 

clip_image001

 

En Syrie, des monuments de la culture mondiale sont pillés, mais le gouvernement essaie d’arrêter le maraudage et le trafic illégal des antiquités, que les rebelles échangent contre les armes.

 

C’est ce qu’a déclaré à La Voix de la Russie le directeur général du département de la sauvegarde de l’héritage culturel de Syrie Maamun Abdulkarim. C’est un problème d’envergure mondiale, il doit être résolu d’urgence, croient les experts russes.

La guerre civile en Syrie a engendré un regain d’activité dangereux sur le marché noir des antiquités, prévient Maamun Abdulkarim.

 

« En Syrie, il existe près de 10 mille monuments culturels. En général, les bandits démolissent les monuments qui se trouvent loin des villes car ils sont plus libres commettre leurs méfaits. La plupart des criminels cherchent à s’enrichir. Les forces de l’ordre et l’armée essaient de les arrêter ».

 

Malgré la guerre, le gouvernement syrien essaie d’assurer la sécurité des musées où se trouvent les objets historiques les plus précieux, a informé le fonctionnaire syrien. Ils sont transférés dans des endroits plus sûrs pour éviter le pillage éventuel. Pour le moment, il n’y a pas eu de tentatives d’attaque de musées, et pendant les hostilités dans les rues, les attaques étaient vite repoussées.

 

La guerre est nouvelle, mais les victimes sont anciennes, assure l’expert-orientaliste de l’Institut des évaluations stratégiques Sergei Demidenko. L’aggaravation de la crise syrienne profite aux contrebandiers.

 

« Le trafic illégal des objets historiques est un problème qui s’aggarve en période d'instabilité. C’était le cas en Irak, en Libye. C’est ce qui se passe actuellement en Syrie. Il faut sauvegarder ces trésors de l’héritage culturel. Mais, probablement, il y a peu de chances que cela marche. Il est possible que les valeurs culturelles syriennes qui ne sont pas détruites ou pillées connaiennt  le sort des objets similaires en Irak – beaucoup d’entre eux ont disparu. A mon avis, le problème est actuel, il faut le résoudre d’urgence ».

 

Auparavant, le tourisme apportait au trésor public de Syrie 12% des recettes. Le pillage de l’héritage culturel peut la priver de ses chances de connaitre un nouveau boom touristique. Et la culture mondiale peut perdre définitivement des monuments précieux de l’histoire de la civilisation mondiale

 

http://french.ruvr.ru/2012_09_17/oeuvres-d-art-Syrie/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...